bernard thomas

Hanovre
10e enrichissement

Le crépuscule tombait sur la ville qui, pour neuf jours, avait doublé sa population. Les filles de joie des confins de l'Allemagne venaient en quelque sorte faire le plein d'argent frais.

Je décidai de procéder à mon dixième Enrichissement. Mes sens se mirent en alerte, c'est ainsi que commence chaque Enrichissement. Chaque sensation est perçue, emmagasinée, pour avoir quelques heures plus tard une importance capitale dans le déroulement de l'histoire.

Je possédais le temps, car personne à ce moment ne pouvait ressentir une émotion semblable. L'or était au creux de mes mains et mes jambes, inexorablement, me conduisaient dans cette ville inconnue jusqu'à l'endroit où se trouvait le gîte. Je l'aperçus, protégé par l'étoile dont la pointe était renversée, étrange signe qui ne manqua pas de m'envoyer explorer les abords du site, lorsqu'au passage j'aperçus que les portes avaient été murées. J'en déduisis que ce passage ne servait qu'à recevoir l'or de mon Enrichissement. Je le plaçai donc dans la porte de gauche et, reprenant mon chemin, je vis un forgeron entouré de soleil, tenant dans sa main la pièce nouvellement forgée. A sa droite, non loin de là, se trouvait une tour coupée dans le sens de la hauteur. C'est là, qu'ayant grimpé tout d'abord un escalier en colimaçon, je déposai de l'argent. En redescendant, le bruit de l'eau, coulant à gros débit, attira mon attention. Penché sur elle, je me mis à réfléchir. Je déposai ensuite des diamants dans le pont et décidai de montrer au public de Hanovre le dieu Hermès, témoin de cet Enrichissement. Le public, pour la première fois, eut l'occasion de procéder aussi à un Enrichissement, en offrant de l'or, du diamant, au dieu Hermès.

Thomas 1986

© Thomas Bernard